Chronique “à la page” du 24 Septembre

Publié le 30 septembre 2019 9:24

Les livres présentés

Dans les pas de Toulouse-Lautrec

Un livre de Alain Vircondelet (13 Septembre 2019)

Résumé :

PROMENEZ-VOUS DANS LE PARIS DES ANNÉES 1900, EN COMPAGNIE DE TOULOUSE-LAUTREC

Henri de Toulouse-Lautrec passa son enfance entre le château du Bosc et Albi et acheva sa brève existence au château Malromé, près de Bordeaux. Vrai Parisien, on reconnaissait sa silhouette légendaire sur les Grands Boulevards et aux
Champs Elysées, aux Halles et au Bois. Mais c’est à Montmartre qu’Henri de Toulouse-Lautrec, le plus aimé des peintres français du XIX° siècle, jeta son ancre. Avec lui, comme unique guide, retrouvons l’ivresse de ses nuits. Du Moulin Rouge aux Folies Bergère, du Moulin de la Galette aux maisons closes et aux cirques, tout un monde jeté à corps perdu dans la fête, sourd aux rumeurs de la guerre et aux menaces du nouveau siècle. Un autre regard sur Toulouse-Lautrec, la Belle Époque et les grandes heures de Montmartre, enrichi d’une abondante iconographie et de documents photographiques inédits.

 


Le pensionnat de Catherine

Un livre de Florence Roche (03 Octobre 2019)

Résumé :

Dans les années 60, les secrets de la guerre commencent seulement à affleurer… Samuel, jeune professeur, découvre l’origine de son adoption : à 6 ans, il a fui le chalet où des passeurs avaient rassemblé de riches familles juives pour les dépouiller et les abattre. Camille, elle, n’a connu que l’éducation sévère mais juste de sa mère Catherine, directrice de pensionnat, quand l’identité supposée de son père lui est révélée. Dans la région d’Annecy, ils vont se rencontrer et mener ensemble une périlleuse quête de vérité.

 


La Goûteuse d’Hitler

Un livre de Rosella Postorino (2 Janvier 2019)

Résumé :

1943. Reclus dans son quartier général en Prusse orientale, terrorisé à l’idée que l’on attente à sa vie, Hitler a fait recruter des goûteuses. Parmi elles, Rosa.

Quand les S.S. lui ordonnent de porter une cuillerée à sa bouche, Rosa s’exécute, la peur au ventre : chaque bouchée est peut-être la dernière. Mais elle doit affronter une autre guerre entre les murs de ce réfectoire : considérée comme « l’étrangère », Rosa, qui vient de Berlin, est en butte à l’hostilité de ses compagnes, dont Elfriede, personnalité aussi charismatique qu’autoritaire.

Pourtant, la réalité est la même pour toutes : consentir à leur rôle, c’est à la fois vouloir survivre et accepter l’idée de mourir.

Couronné en Italie par le prestigieux prix Campiello, ce roman saisissant est inspiré de l’histoire vraie de Margot Wölk. Rosella Postorino signe un texte envoûtant qui, en explorant l’ambiguïté des relations, interroge ce que signifie être et rester humain.

 


 

Voir cette chronique :