La rivière du pardon

Les jumeaux Constantin et Hyppolyte Schuster travaillent à l’usine De Dietrich, en Alsace, tout en poursuivant l’exploitation de la ferme familiale et d’un élevage de chevaux qu’ils ont hérités au décès de leurs parents. Mais la guerre de 1914 se profile et Constantin, qui ne veut pas combattre contre la France, choisit de déserter. Grâce à l’intervention de son patron, il est embauché chez Louis Renault, à Paris, laissant son frère seul et désespéré.
Ce départ est un arrachement pour Hyppolyte qui tente de mettre fin à ses jours. Son grand-père l’accueille et lui apprend le métier de sourcier. Hyppolyte se reconstruit peu à peu et finit par rencontrer l’amour avec Madeleine, une femme du village voisin dont le mari, un homme violent, est parti au front. Constantin, lui, a coupé tout lien avec l’Alsace et mène une existence légère, multipliant les conquêtes féminines et les sorties dans les lieux à la mode de la capitale.
Surtout, il se révèle un excellent chanteur et parfait sa voix grâce aux cours de chant que lui donne Jeanne Hatto, une cantatrice renommée qui devient sa maîtresse. Louis Renault propose au jeune homme de partir en tournée dans toute la France pour remonter le moral des troupes. Le succès est immédiat. La paix revenue, le chanteur retrouve enfin son frère à l’occasion d’un concert à Strasbourg. Mais la rencontre est douloureuse.
Hyppolyte ne reconnaît plus son jumeau que le succès a perverti. Pourquoi s’intéresse-t-il soudain à la maison de leurs parents et insiste-t-il pour la vendre ? Ce retour au pays est-il intéressé ? Prévoyant, le grand-père a légué tous ses biens à Hyppolyte afin de lui assurer un avenir confortable. Mais la jalousie, sournoise, va faire son oeuvre. Dès lors, le drame est inévitable.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité *

Parution : 28/05/2014
ISBN : 978-2-7021-4479-4